Mayaz 2 : Contre l’oubli

Lus à un jour d’intervalle, ces deux romans jeunesse font la part belle à la mémoire, réhabilitant un personnage chez Sophie Chérer et une période honteuse et longtemps tue pour Elise Fontenaille-N’Diaye. Deux romans à destination des adolescents mais dans lesquels les adultes y trouveront aussi leur compte.

 

cherer-lavraiecouleurdelavanille

Une question de couleur
Au milieu du XIXème siècle, alors que l’île de la Réunion s’appelle encore l’île Bourbon, le propriétaire terrien et féru de botanique Ferréol Bellier Beaumont décide de prendre sous son aile un de ses jeunes esclaves. Il le prénomme Edmond et le forme à sa passion, la botanique. L’enfant se révèle intelligent, curieux et véritablement amoureux de cette nature foisonnante qui l’entoure. Le jeune prodige découvre, alors qu’il a à peine douze ans, la fécondation de la vanille. Il sera même envoyé auprès des différents propriétaires pour leur révéler le geste nécessaire qui ouvrira de nouvelles voies au commerce de la vanille et en fera une des richesses de l’île.
Mais cette découverte décisive ne fera pas de lui, l’enfant noir né esclave, l’égal des Blancs. Loin s’en faut. Vexés même, les riches blancs qui tireront fortune de la vanille, vont tenter d’écarter son nom et sa trace pour mieux se gausser de leur découverte. Si aujourd’hui à La Réunion, on connaît le nom d’Edmond Albius, l’industrie l’ayant repris pour nommer sa vanille locale, son histoire l’est peu.
Avec La vraie couleur de la vanille, Sophie Chérer, suite à un travail de recherche minutieux, réhabilite l’homme aux doigts précieux. Et le roman (il s’agit bien d’un roman car les documents sont rares pour pouvoir en dresser une biographie complète) ouvre plus largement sur la vie à la Réunion pendant la période de colonisation et de l’esclavage, sur la difficulté à trouver sa place en naissant Noir parmi les Blancs quand la domination de ces derniers paraissait si naturelle qu’elle n’était (quasiment) pas discutable. Une page d’histoire joliment menée par Sophie Chérer qui a forcément intéressé mon cœur de Réunionnaise mais reste un récit à la portée universelle.
extrait : « Mais Edmond était trop noir pour les Blancs, trop blanchi pour les Noirs, trop gâté pour les brimés, trop oisif pour les travailleurs, trop soumis pour les libres, trop naïf pour les adultes, trop édifié pour les enfants. Trop intelligent pour le commun des mortels. Nulle part il n’était à sa place. »
La vraie couleur de la vanille de Sophie Chérer. Ed. L’école des loisirs, coll. Medium/octobre 2012

 

fontenaille-eben

Le génocide oublié
Autre lieu, autre histoire : celle d’Eben, un garçon d’aujourd’hui en Namibie. Il a la peau brune et les yeux bleus. Un signe distinctif qui se passe de père en fils dans la famille, comme pour ne jamais oublier leur histoire. Celle de leur famille mais celle aussi d’un pays tout entier, dominé à la fin du XIXème et au début du XXème siècle par les Allemands. Une histoire terrible, honteuse, si honteuse que les responsables de ce monde ont tenté d’en « effacer » les traces dans les archives. Pourtant la vérité est là, brutale et cruelle : une population décimée, des camps et des expériences innommables, comme une funeste répétition de ce que cacheront les camps de la mort des Nazis quelques décennies plus tard. De cette terrible découverte, Elise Fontenaille-N’Diaye en a tiré deux livres : Eben ou les yeux de la nuit, très bref roman pour les ados et Blue Book, un récit paru lui aussi en 2015 (chez Calmann-Lévy), du nom du fameux rapport sur ce génocide qui fut « soustrait à la connaissance du public en 1926. » Un travail de mémoire nécessaire !
EBEN ou les yeux de la nuit d’Elise Fontenaille-N’Diaye. Editions du Rouergue, coll. Doado/ janvier 2015

Publicités

2 réflexions sur “Mayaz 2 : Contre l’oubli

    1. Assez touchée oui 😉 mais surtout très intéressée de découvrir l’histoire de cet Edmond Albius (et en arrière-plan de la Réunion de l’époque). Oh je suis contente que mes petits « mayaz » te plaisent. J’aime assez l’exercice à vrai dire.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

w

Connexion à %s