Comme neige – Colombe Boncenne

boncenne-commeneige

Lors d’un week-end censé briser un peu la routine de leur couple, Constantin Caillaud et sa femme Suzanne s’égarent quelque peu et se retrouvent à Crux-la-Ville dans la Nièvre. Dans un carton de livres soldés à la Maison de la Presse du village, Constantin découvre avec un plaisir mêlé d’étonnement Neige noire, un roman d’Emilien Petit, auteur dont il connaît pourtant bien l’œuvre. Non seulement content de tomber sur un inédit de son auteur fétiche, Constantin voit là aussi l’occasion de reprendre contact avec Hélène, sa maîtresse mystérieuse qui lui a fait apprécier l’œuvre d’Emilien Petit.
Mais de retour à Paris, impossible de remettre la main sur le livre inédit – il a du l’oublier à l’hôtel. Mais plus incroyable encore, Neige noire ne figure dans aucune bibliographie d’Emilien Petit. Impossible d’en trouver la moindre trace non plus sur internet et la maison d’édition de l’auteur n’en a jamais entendu parler. Même Hélène ironise sur la soit-disant trouvaille de Constantin. Vexé, ce « curieux par nature, comptable de profession et passionné de littérature » se met en tête d’enquêter sur le mystérieux ouvrage. Il entreprend de relire tout Emilien Petit (peut-être quelques indices de cette disparition se nichent-ils dans les autres romans ?), de contacter d’autres écrivains qui furent un temps amis de Petit, avant que celui-ci ne se retire loin de l’agitation des éditions parisiennes (ils en auront peut-être entendu parler voire l’auront-ils peut-être lu), d’écrire à Emilien Petit lui-même via sa maison d’édition.
Dans ce premier roman en forme d’enquête, Colombe Boncenne livre son amour pour la littérature et interroge le rapport du lecteur à l’œuvre mais aussi la frontière parfois ténue entre la réalité et fiction. Travaillant elle-même dans l’édition, Colombe Boncenne en connaît les rouages et les codes et les utilise subtilement. Elle convoque même les écrivains Jean-Philippe Toussaint, Olivier Rolin et Antoine Volodine ou encore le critique littéraire du Monde Patrick Kéchichian qui se sont prêtés au jeu.
Voilà bien là tout le génie de Comme neige : placer sans cesse le lecteur en équilibre entre fiction et réalité. On plonge avec Constantin dans l’oeuvre d’Emilien Petit car il y a des livres dans ce livre, on note forcément les similitudes entre un des personnages récurrents de Petit et Constantin, tous deux un peu perdus entre deux femmes et on s’interroge… Et ce n’est pas Colombe Boncenne qui dénouera le fil de nos interrogations car la fin très ouverte qu’elle propose est un dernier pied de nez aux certitudes que l’on pourrait pu se forger.
Une belle plume pour un premier roman fort réussi dont on ne se détache pas complètement une fois le livre refermé. Il y a comme un petit air de « Fight Club » (le film de David Fincher) là-dedans ! Moi, ça me donnerait presque envie de reprendre Comme neige au début et comme Constantin de tenter de relever les indices. Ça y est, elle m’a eue Colombe Boncenne !

Merci à Laure pour cette découverte ! Par contre, concernant la mission qu’elle m’avait confié « pour que tu puisses m’expliquer la fin », là…

Comme neige de Colombe Boncenne. Editions Buchet-Chastel, coll. Qui Vive/ janvier 2016

Publicités

4 réflexions sur “Comme neige – Colombe Boncenne

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

w

Connexion à %s