Le piano oriental – Zeïna Abirached

piano-oriental

Qui suis-je ?
C’est une question que les autres posent.
Moi je suis ma langue.
Mahmoud Darwich

Le piano oriental est une histoire de pont(s) entre l’Orient et l’Occident. Celle d’abord d’Abdallah Kamanja, employé de bureau mélomane qui rêve de réunir les sons de l’Occident à ceux de l’Orient. A force d’essais, de démontage de piano et de réflexions, il parvient à inventer un « piano oriental » : la manipulation d’une pédale d’un piano droit classique, en décalant les cordes, permet de jouer les quarts de ton de la musique orientale. Une invention qui lui vaut d’être convié à Vienne par Hofman. Le voilà donc en partance pour un voyage vers le pays de la musique, en compagnie de son fidèle ami Victor.
Mais Le piano oriental, c’est aussi une autre histoire de sons, celle des langues qui ont façonné Zeïna Abirached : le français et l’arabe. Née à Beyrouth en pleine guerre civile libanaise, Zeïna grandit entre l’arabe, la langue de son pays, et le français, langue chérie par son grand-père traducteur et qu’il a appris à ses enfants.

L’arabe était la langue de la violence dans lequel nous vivions. C’était la langue des miliciens, celle des barrages armés, celle de la radio. L’arabe était la langue des mauvaises nouvelles. Celle que l’on envie d’oublier. Les mots en français étaient devenus un refuge.

C’est en quittant son Liban natal pour s’installer en France que Zeïna prend conscience de la langue qui est la sienne. Elle n’a pas de nom mais elle est une évidence :

Je me suis rendue compte que le français et l’arabe sont intimement liés en moi, inextricables, le français et l’arabe sont ma langue.
Je tricote depuis l’enfance une langue faite de deux fils fragiles et précieux.

Zeïna Abirached signe avec ce roman graphique aux histoires croisées un petit bijou, touchant et plein d’humour. J’avais déjà été conquise par son trait aux noirs profonds et aux arabesques orientales avec Mourir partir revenir. Le jeu des hirondelles édité chez Cambourakis (puis j’avais tout lu d’elle). Il est encore plus abouti ici – le noir et blanc du piano lui offrant en plus l’occasion de jolis délires graphiques. On y retrouve la touche d’humour déjà présent dans Le jeu des hirondelles ou 38, rue Youssef Semaani avec ses personnages hauts en couleurs et attachants et il se dégage du Piano oriental une vraie émotion. La quête musicale  d’Abdallah – la tête toujours les notes et chantonnant sans cesse, vrai passionné de musique – est touchante par son désir de lier musique classique européenne et musique orientale. Il est constamment habité par les deux et son piano oriental prouve qu’elles peuvent s’entendre et cohabiter. Belle métaphore s’il en est. J’ai été particulièrement touchée par les langues tissées de Zeïna Abirached et la découverte petit à petit que la sienne est celle qu’elle s’est construite, entre l’arabe et le français, et tout ce qu’elle porte (une manière d’appréhender le monde). Le piano oriental a forcément trouvé un écho particulier en moi qui suis née à 10 000 km d’ici, avec la mer pour horizon et ai grandi dans le français et la langue créole. Cette dernière est ancrée en moi pour toujours, surgissant parfois dans une expression, un mot.

Le piano oriental… cette étrange juxtaposition de deux visions du monde que rien ne semble pouvoir lier, sa musique double, le son léger du déhanchement inattendu d’une note au milieu d’une phrase je les porte en moi. Être un piano oriental, c’est ouvrir une fenêtre à Paris et s’attendre à voir la mer.

piano_derniere_case© Zeïna Abirached/ Casterman

 

Le piano oriental de Zeïna Abirached. Editions Casterman/ 2015

 

Publicités

2 réflexions sur “Le piano oriental – Zeïna Abirached

    1. C’est vraiment un bel album tendre et touchant avec plein de jolies choses (à mon goût) côté graphisme. Oui bon ok, de toute façon, je ne peux pas être objective sur ce coup-là 😉

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

w

Connexion à %s