Alcoolique – Jonathan Ames & Dean Haspiel

KM_C224e-20150813152956

« Jonathan Ames parle de ce livre comme d’une œuvre de fiction où presque tout est vrai » indique malicieusement l’éditeur en toute dernière page. Jonathan Ames prévient lui aussi que le patronyme en forme d’initiale de son personnage Jonathan A. peut aussi bien signifier Jonathan Anonyme que Jonathan Alcoolique. Pour autant, on ne peut s’empêcher de considérer notre escogriffe comme le double de Jonathan Ames lui-même, tant leurs parcours artistiques s’entremêlent.
Cette auto-fiction (donc) ouvre sur une scène presque burlesque teintée de pathétisme : à l’arrière d’une voiture, Jonathan A. se réveille sous les tentatives d’abus sexuel d’une petite (très petite) vieille (très vieille) femme. Alors que la police frappe au carreau, Jonathan A. prend la poudre d’escampette, se demandant ce qui a bien pu l’amener là. Mais il le sait parfaitement : c’est son penchant pour la boisson, qui depuis des années rythme sa vie. Et c’est ce rapport complexe qu’il entretient avec la boisson mais aussi les drogues qu’il entreprend de raconter dans ce gros roman graphique. Malgré le titre qui enfermerait de prime abord le livre à cette seule dimension, le narrateur livre aussi les joies, les peines, les déceptions, les ruptures, les succès qui ont composé, ponctué sa vie. Un portrait d’homme bancal (et d’artiste), rude et touchant.
Un album à découvrir tant pour le fond que pour la forme car encore une fois Monsieur Toussaint Louverture a soigné l’écrin. On ne ressort jamais indifférent d’un livre de cet éditeur que j’aime (d’un vrai amour) pour ses choix radicaux et son travail éditorial d’orfèvre qui fait de chaque nouveau titre, un objet unique et une expérience particulière.

Mo’ s’est ennuyée dans cet album, Jérôme a aimé (une lecture de mec qu’il dit – ouais ben pas que hein !)

Alcoolique de Jonathan Ames et Dean Haspiel (traduit de l’anglais (US) par Fanny Soubiran. Editions Monsieur Toussaint Louverture/ octobre 2015

Publicités

3 réflexions sur “Alcoolique – Jonathan Ames & Dean Haspiel

  1. Il me tentait bien cet album là… je le découvrirai certainement un jour. Je viens d’en lire un sur l’alcoolisme au féminin, pas mal, mais je n’en ai pas parlé sur le blog, il participe au prix cezam… « Mal de mère » de Rodéric Valambois.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

w

Connexion à %s