Notre château – Emmanuel Régniez

regniez-notrechateau

« Notre château », c’est la grande demeure où vivent quasi-reclus Octave et sa sœur Vera. Ils y ont emménagé voilà une vingtaine d’années, à la mort brutale de leurs parents dans un accident de la circulation. Le père avait hérité ce jour fatal de cette grande maison, sans avoir le droit d’y habiter lui-même.
Il flotte sur cette immense bâtisse et ses habitants un halo de mystère. Seul Octave sort, immuablement, le jeudi : il se rend en ville en bus pour y acheter des livres pour Vera et lui-même. Sinon… rien. Les journées sont réglées comme du papier à musique ; rien ni personne ne vient troubler leur apparente tranquillité et leurs besoins, à part littéraires, semblent inexistants.

On peut penser que je suis déconnecté du monde. Mais ce n’est pas le cas. Je suis attentif au monde qui m’entoure. Je ne m’intéresse pas à l’actualité, je n’aime pas le bruit du monde. Oui, je ne peux porter ce bruit, ce monde, il me semble tellement lourd, tellement pesant. Mais je crois que je suis sensible au monde, j’y prête attention. Quand je sors le jeudi, quand je vais en ville, je regarde, je capte, je saisis ce monde qui bouge autour de moi. Je regarde ces bouts de vie qui évoluent autour de moi. Un moment, je notais ce que je voyais. Un moment, je notais ces bouts de vie. J’avais pensé en faire un livre, un roman, qui aurait été composé de ces fragments de vie vus le jeudi. Des vies vues. Des vies imaginées. Des vies fantasmées. Quelque chose qui aurait été au-dessus du monde, mais qui aurait été aussi le monde. Pas le bruit du monde, mais son murmure. Le doux murmure de la vie et de la mort. (…)

Un jeudi, Octave croit apercevoir dans un bus, sa sœur Vera – elle qui pourtant n’a jamais pris, ne prend jamais et ne prendra jamais le bus… Réalité, illusion d’optique, hallucination ? Cette « vision » marque pour Octave le début d’un changement dans sa vie si établie, sorte de glissement dans un monde parallèle où il ne serait plus tout à fait lui-même.
Roman aux allures fantastiques, hommage certain aux grands noms de la littérature gothique, Notre château est un livre troublant. La langue lancinante, répétitive des premières pages – parfois à la limite de l’agacement – est comme un tourbillon qui nous enveloppe pour mieux nous mettre en dehors d’une réalité tangible, un peu comme la chute d’Alice dans le terrier.
Un exercice original que j’ai trouvé plutôt réussi tant Notre château laisse une étrange impression une fois le livre refermé…

68-logo

Notre château d’Emmanuel Régniez. Editions Le Tripode/ janvier 2016

Publicités

4 réflexions sur “Notre château – Emmanuel Régniez

  1. Celui-ci est tentant mais je le guetterais plutôt en bibliothèque, vu son côté énigmatique. J’aime beaucoup l’extrait que tu cites, ça donne envie.

  2. Je ne le lirai sans doute pas… je laisse pour l’instant la sélection de janvier et rempilerai à partir de septembre avec la nouvelle, mais cette aventure est chouette et nous porte vers des livres différents.

    1. Oui, il y en a plusieurs de la sélection que je n’aurais probablement jamais découvert autrement. Je suis bien heureuse d’avoir rejoint l’aventure !

  3. Ping : Notre Château – Emmanuel Régniez – 68 PREMIERES FOIS

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s