Grossir le ciel – Franck Bouysse

Gus vivait ici, depuis plus de cinquante hivers. C’était en décembre que ce pays l’avait pris et que sa mère l’avait craché sur des draps durs et épais comme des planches de châtaignier, sans qu’il se sente dans l’obligation de crier, comme pour marquer son empreinte désastreuse dans un corps ancestral, une manière de se cogner à la solitude, déjà, dans ce moment qui le faisait devenir quelqu’un par la simple entrée de goulée d’air dans sa bouche tordue.

Qu’il est rude ce petit livre-là ! Rude comme l’hiver qui s’abat sur Les Doges, un coin paumé des Cévennes. Rude comme les habitants de là-haut qui n’ont pour seul compagnon que leur chien et, de temps en temps, un voisin avec qui ils partagent un verre, entourés de silence. Rude comme Gus qui n’aime guère qu’on vienne le déranger. Il vit depuis si longtemps seul, les journées rythmées par les bêtes et les menus travaux, quelque soit le temps. Rude comme Abel aussi, le seul « ami » de Gus : pas de ceux auprès desquels on s’épanche – car on s’épanche pas aux Doges, on voudrait qu’on ne saurait comment faire de toute façon – mais un être solide malgré son âge, toujours là pour le coup de main quand la tâche est trop compliquée pour un seul homme.
La visite incongrue d’un « suceur de bible » marquera pour Gus le début du détraquement de son monde. Un coup de feu, des cris, un empoisonnement, des traces étranges dans la neige, le comportement étrange d’Abel : le monde de Gus bascule irrémédiablement, révélant les secrets les plus profondément enfouis.
Loin du roman policier classique avec enquêteur et suspects, Grossir le ciel marque par son ambiance qui s’épaissit, poisse au fil des pages, laisse un moment Gus et son lecteur souffler puis recommence à peser de tout son poids, alourdi par la neige qui recouvre tout, les morts comme les vivants. L’écriture de Franck Bouysse campe, avec talent, une réalité qui se passe de fantaisies dans laquelle évoluent des êtres bien ancrés dans la terre, malmenés par la vie, des hommes taiseux aux blessures profondes et silencieuses.

Grossir le ciel de Franck Bouysse. Editions La Manufacture des Livres/ 2014

 

Publicités

9 réflexions sur “Grossir le ciel – Franck Bouysse

  1. Ping : Objectif pal de février ~ le bilan – Les lectures d'Antigone

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s