Seules les bêtes – Colin Niel

Evelyne Ducat, la belle bourgeoise blonde installée récemment sur le causse a disparu. On la connaissait peu par ici, elle avait débarqué avec son mari, un enfant du pays parti faire fortune à Paris et qui espérait bien développer quelques juteuses affaires dans sa région natale. Qu’a-t-il donc bien pu lui arriver ?

A travers le récit en filigrane de cette disparition, plusieurs voix se livrent. Chacune porte ses secrets mais toutes ont un point commun : avoir voulu échapper, comme elle le pouvait, à la solitude et à la sécheresse d’une vie sans amour. Dans ce roman choral, on croise une assistante sociale dont le mariage se délite, un berger qui sait à peine ce qu’aimer signifie, une jeune fille paumée qui fonce tête baissée pour un peu d’attention, un jeune homme prêt à tout pour garder l’amour de sa vie, un éleveur naïf bouleversé par la découverte de l’amour. Subtilement Colin Niel tisse les liens entre ces personnages dans cette grande toile qu’est la vie, faisant se percuter les destinées, de la rigueur d’un hiver sur le plateau du Causse à la chaleur écrasante d’une ville africaine.

Très bonne découverte que ce roman et cet auteur ! Seules les bêtes est un roman noir qui sait surprendre tout en livrant, bien plus qu’une sombre histoire de disparition, la réalité crue des solitudes intérieures et du pouvoir parfois destructeur de l’amour.

Parce qu’à force d’être tout seul, t’as appris à te connaître. Tu sais que si ici, au milieu du Causse et de tes animaux, tu te sens pas bien, ça veut dire que dedans, ça sera encore pire. Et alors, tes brebis, tu te mets à les détester comme c’est pas permis. Tu sais qu’elles y sont pour rien, que c’est toi qui les élèves et pas l’inverse, ça change rien. Tu les détestes parce que t’as personne d’autre à détester.

 

Seules les bêtes a atterri dans ma PAL en février 2017 : parfait donc pour participer à l’objectif PAL initié par Antigone.

Seules les bêtes de Colin Niel. Editions Le Rouergue, Rouergue Noir/ 2017. Prix Landerneau – polar – 2017 (euh, il y a vraiment un truc entre la Bretagne et moi là non ?)

Publicités

5 réflexions sur “Seules les bêtes – Colin Niel

  1. Je suis intriguée par ce roman qui donne à te lire une impression d’âpreté (ça se dit ?)… 😉 Très belle sortie de PAL dis donc, qui donne une belle couleur à mon bilan. Merci 😉

    1. Oui c’est ça, on y trouve l’âpreté de l’hiver dans les montagnes mais aussi celle de ces vies vides d’amour, la réalité crue de certaines solitudes. Je crois que ma PAL renferme tout un tas de jolies choses ! 😉

  2. Merci pour ce titre qui m’a l’air très intéressant : je le note pour plus tard car le côté âpre me fait un peu peur en ce moment (besoin de légèreté ^^).

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s