La grande escapade – Jean-Philippe Blondel

Professeur d’anglais, Jean-Philippe Blondel connaît bien les adolescents et l’a prouvé plus d’une fois, notamment dans ses romans publiés chez Actes Sud Junior. Il s’aventure cette fois sur le territoire de l’enfance en choisissant pour décor de son dernier roman un groupe scolaire (écoles maternelle et primaire) de province. Il y a les écoles, ses élèves, ses instituteurs et directeurs mais aussi ses logements de fonction qui abritent les vies privées une fois les classes refermées. Mais la notion de vie privée est toujours relative dans ce genre d’habitat où vos voisins sont vos collègues, où les rumeurs vont bon train à la faveur de commérages bien entretenus. Et au groupe scolaire Denis-Diderot, la voisine voyeuse amatrice de ragots, c’est Geneviève Coudrier. Quand elle n’enseigne pas à ses chères têtes blondes, elle scrute ses voisins et consigne par le menu leurs faits et gestes. Ceux de Michèle Goubert par exemple, la belle directrice de l’école maternelle, qui sait subtilement user de sa séduction, les cris d’André le mari pas commode, et puis la pauvre, son fils Philippe est « un peu spécial » tout de même.

Gaucher mais surtout gauche, Philippe désespère un peu ses parents et s’attire surtout les soupirs de la petite communauté scolaire. Heureusement il y a quand même les copains : Christian Coudrier, Baptiste Lorrain, les frères Lespinasse et même son amoureuse Nathalie. Ils partagent la même cour d’école en semaine et le même terrain et recoins où fureter les week-ends. Mais cette année-là, le petit monde de Philippe tremble sur ses fondements : fin d’une amitié, révélation douloureuse, arrivée d’un nouvel instituteur et nouveau souffle pour le jeune garçon.Tiens d’ailleurs ce Charles Florimont, instituteur empreint de nouvelle pédagogie, il ne ferait pas un peu de l’œil à la Goubert ?

Cette année scolaire 1975-1976 va ouvrir quelques brèches dans les vies de cette petite communauté. A l’instar du monde qui change autour d’eux, certaines ambitions vont s’élargir, les envies de liberté jaillir et le rythme trop régulier de l’institution va s’en trouver quelque peu ébranlé.

La grande escapade, c’est le récit de toutes ces vies individuelles mais aussi celui d’une époque en pleine mutation où les rêves sont encore permis. Une jolie fresque sociale pleine d’humour et d’entrain et une galerie de personnages hauts en couleur révélant une vraie sensibilité sont les ingrédients de ce roman réjouissant qui se dévore d’une traite.

La grande escapade de JeanPhilippe Blondel. Éditions BuchetChastel/ août 2019.

Publicités

3 réflexions sur “La grande escapade – Jean-Philippe Blondel

    1. J’aime beaucoup retrouver cet auteur régulièrement moi aussi et c’est vrai que tous ses romans ne me touchent pas de la même manière mais certains sont encore très présents dans ma mémoire. Et celui-ci est follement agréable à lire pour sa galerie de personnages et l’époque qu’il illustre. Il me touche moins intimement mais il est certain que je vais le conseiller ici et là.

  1. Ping : La Grande escapade – Ma collection de livres

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s