77 – Marin Fouqué

fouque_77

A l’abribus, ce matin, ils sont plusieurs. Il y a notamment la fille Novembre, Enzo le Traître, le grand Kévin. Le bus arrive mais lui, il ne monte pas, tout comme ces dernières semaines. Sa journée, il la passera là, dans l’ennui et la fumée des joints de shit qu’il enchaine, sous l’abribus de béton quelque part dans le 77, là où c’est encore un peu la campagne, rustre et grise. Non, il ne montera plus. Fini d’être la risée, fini les coups, les crachats, fini d’en prendre plein la gueule tout le temps parce qu’il a « un corps de lâche, une gueule fine et de longs cils ». Une journée sous la capuche, sur le banc de béton froid, le narrateur, jeune garçon grandi entre la violence et la crasse se remémore ces dernières années : le trio protecteur qu’il formait avec la fille Novembre et Enzo, les humiliations répétées, les moments de répit, les rires partagés, les trahisons, la rage, les larmes qu’on retient. Une journée pour éprouver sa solitude à présent que chacun a trouvé son rôle à jouer.

Marin Fouqué sera sans aucun doute une des voix singulières de cette rentrée littéraire (euh bon, je peux me tromper mais il l’est pour moi parmi les quelques premiers romans lus parmi les parutions de cette rentrée littéraire d’automne). Son style incisif aux phrases brèves donne une vraie force à ce monologue dur et violent qui dit sans concession le désœuvrement, les poings quand la parole manque, le monde sans tendresse. Ça commence en ronronnant comme l’ennui – celui de ces heures d’attente vaine sous l’abribus, ça tangue, s’illumine parfois, jamais longtemps, ça cogne et ça fait mal souvent. Un roman coup de poing.

77 de Marin Fouqué. Editions Actes Sud/ août 2019.

 

lu avec  logo_cultura

 

Publicités

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s