Torrentius – Colin Thibert

thibert_torrentius.jpg

De Torrentius (de son vrai nom Johannes van der Beeck), peintre hollandais du 17e siècle, il ne reste qu’un tableau, une nature morte conservée au Rijksmuseum d’Amsterdam. Mais l’homme aurait aussi été, à côté de sa peinture officielle, un grand pourvoyeur d’estampes pornographiques. Soupçonné d’être membre des Rose-Croix, il est condamné à vingt ans d’emprisonnement. Grâce à la protection du roi Charles 1er d’Angleterre, grand amateur d’art et collectionneur, Torrentius est relaxé et envoyé en Angleterre où il devient peintre de la Cour.

Colin Thibert s’empare de cette figure, condamnée pour hérésie et immoralité, pour dresser le portrait d’un homme talentueux et hâbleur, hédoniste revendiqué, à la pensée critique, fustigeant non pas la foi mais le carcan rigoriste dans lequel on l’enferme. Torrentius est un homme à l’alcool bavard, un fort en gueule, un « dissident » que son époque aura su faire taire à coups de tortures et de procès. Avec cette biographie romancée au rythme enlevé, Colin Thibert livre également la photographie d’une époque qui condamnait la liberté de penser. Et c’est justement cette liberté qui nous rend attachant ce Torrentius, pourtant grossier et outrecuidant. Car l’homme et l’artiste ont compris l’hypocrisie de l’époque qui condamne en place publique la licence mais achète à prix d’or, sous le manteau, ses représentations de la lubricité la plus débridée.

Torrentius de Colin Thibert. Editions Héloïse d’Ormesson/ août 2019.

 

Lu grâce à  logo_cultura

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s