New Boy – Tracy Chevalier

VO_Chevalier_New-Boy

Après Dunbar et ses filles d’Edward St Aubyn et Graine de sorcière de Margaret Atwood, New Boy de Tracy Chevalier est le troisième roman du projet Hogarth Shakespeare – qui propose à des écrivains de « réécrire » les pièces de Shakespeare – que je découvre. Edward St Aubyn s’était attaqué au Roi Lear, Margaret Atwood avait, elle, livré sa version de La Tempête et Tracy Chevalier s’empare avec New Boy (Le Nouveau en français) d’Othello.

Le personnage shakespearien prend ici les traits d’Osei Kokote, surnommé le plus souvent O., un jeune garçon originaire du Ghana. Fils de diplomate, il a l’habitude d’être le « nouveau » dans les différentes écoles qu’il fréquente au gré des affectations paternelles. Cette fois, c’est dans une école primaire de Washington DC qu’il arrive, attirant tous les regards : il est nouveau certes en cette fin d’année scolaire (il ne reste qu’un mois de classe avant les vacances d’été) mais il est surtout le seul noir. Dans cette cour et en ce premier jour d’école, dans les années 70, dans un quartier WASP, va se déployer un jeu de pouvoir terrible dont personne ne sortira indemne.

Habitué à être le nouveau, l’étranger, O. pose un regard méfiant et plein d’acuité sur la petite société aux règles bien établies de l’école. Prudent, il sait combien il est important de se faire rapidement un·e allié·e. C’est en la personne de Dee (dite D.) qu’il trouve de l’aide mais aussi une admiratrice à laquelle il n’est pas non plus indifférent. Quand la jolie et populaire D. et O. se rapprochent dangereusement, tout le monde en est choqué. Ian – la forte tête crainte par plus d’un – décide de mettre au point un plan machiavélique pour venger l’offense. Intriguant, jouant des faiblesses des uns et des autres, Ian distille la suspicion, conduisant cette journée à un inévitable drame.

Des trois romans du projet Hogarth Shakespeare déjà découverts, New Boy est assurément mon préféré. En transposant l’intrigue d’Othello dans cette cour d’école américaine dans les années 70, Tracy Chevalier convoque le racisme à l’œuvre au cœur d’une société blanche et emplie de préjugés et les tentatives de composition lorsque les petites phrases et les regards vous rappellent sans cesse que vous serez toujours un étranger. New Boy propose ainsi une plongée effrayante dans la capacité de l’humain à rejeter, parfois violemment, l’inconnu.

Un roman machiavélique lu – une fois n’est pas coutume – en VO et qui s’inscrit directement dans l’Objectif PAL initié par Antigone.

New Boy by Tracy Chevalier. Editions Hogarth Shakespeare/ 2017.

objectif-pal

9 réflexions sur “New Boy – Tracy Chevalier

  1. Tiens, tiens, une réécriture 😉 Je n’en ai lu aucune, mais j’ai craqué pour la jolie couverture en 10/18 de Vinegar girl d’Anne Tyler (qui est, je crois, une réécriture de La mégère apprivoisée)

  2. Lu par Enna également ce mois-ci pour l’objectif pal, en vo, et avec une autre couverture. Quelle bonne idée cette adaptation de Shakespeare, surtout si c’est réussi. 😉

    1. Merci pour la proposition Enna ! Il est vrai que moi aussi, j’ai été un moment un peu dubitative concernant l’âge des enfants (à la fois à cause des allusions/ pensées sexuelles que l’auteur leur attribue et à cause du côté vraiment extrêmement calculateur d’Ian) mais finalement je m’aperçois que ce n’est pas ce que j’ai retenu – et je n’y pensais plus vraiment.

  3. Ping : Objectif pal de février ~ le bilan – Les lectures d'Antigone

  4. Ping : Février dans les livres – 31st floor

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s