Francis Bacon, en morceaux choisis – Edouard Dor

BABELIO_Dor_bacon

C’est à partir de la flaque de leur chair que les gens sont construits et que j’ai envie de les peindre.

« Prendre la tangente » pour aller voir là où Francis Bacon ne se livrait pas. Telle est la proposition d’Édouard Dor qui invite avec ce petit livre à aller redécouvrir les toiles puissantes par un détail. Il s’agit bien ici d’une redécouverte, tout au moins d’une nouvelle exploration de l’œuvre du peintre britannique, et cet ouvrage s’adresse, à mon avis, plutôt à ceux·celles qui sont déjà familiers du travail de Bacon.

La peinture de Francis Bacon est faite de chairs en mouvement, dégageant ici violence, là douleur ou encore le cri muet d’une souffrance tue. Autant de mots que je, nous mettons sur ces œuvres qui ne laissent personne indifférent, happant de façon quasi hypnotique ou provoquant le rejet.

Le regard des gens sur ma peinture, ce n’est pas mon problème, c’est leur problème. Je ne peins pas pour les autres, je fais de la peinture pour moi-même.

Si l’homme ne se cachait pas, le peintre, lui, était peu disert sur son travail, sur ce qui animait ses créations, nourrissait son imaginaire, sur ce que sa peinture avait à dire de lui. Édouard Dor propose une balade dans cette œuvre par petits bouts, loin de toute analyse d’ensemble. En partant d’un détail, d’un objet parfois croisé dans plusieurs tableaux, il cherche ce que telle ou telle récurrence dit en creux de l’artiste. Il tente d’explorer les tréfonds d’une âme en souffrance qui livre à la toile ses douloureux atermoiements, sans les avouer totalement. Édouard Dor donne également ici une intéressante mise en perspective des créations de Bacon avec d’autres œuvres (picturale, littéraire, musicale entre autres). Autant de manières de redécouvrir le travail de Bacon autrement, « pas pour comprendre à tout prix, juste et d’abord pour ressentir. Comme Bacon le souhaitait. »

Lu avec sous les yeux les triptyques de Bacon – tableaux fascinants découverts il y a plusieurs années en ouvrant le catalogue de la rétrospective que lui avait consacrée le Centre Pompidou en 1996 -, Francis Bacon, en morceaux choisis m’a offert une occasion de replonger dans cette œuvre qui me remue tant. D’y replonger mais aussi de la regarder autrement, d’y déceler peut-être un peu plus d’intime, de révéler, avec pudeur, un bout d’homme derrière l’artiste.

Francis Bacon, en morceaux choisis d’Édouard Dor. Éditions Espaces & Signes/ 2020.

logo_babelio

Merci à Babelio et aux éditions Espaces & Signes pour cette lecture.

4 réflexions sur “Francis Bacon, en morceaux choisis – Edouard Dor

    1. Une manière vraiment originale de l’approcher est à travers le roman de Pierre Charras : Francis Bacon, le ring de la douleur. On y suit un homme qui entre un peu par hasard au centre Pompidou et découvre une expo de Bacon alors qu’il ne connaît rien à cet artiste, ni à l’art en général. Les toiles de Bacon font écho à l’histoire du héros. C’est très très bien fait et ça donne forcément envie d’aller zieuter les toiles dont on parle dans le roman.

  1. Autist Reading

    Une façon a priori originale et intéressante de partir à la re-découverte de l’oeuvre du génial Bacon. Je note la référence d’autant pus que je ne connais pas cette maison d’édition. <je ferai ainsi d'une pierre deux coups.

Répondre à Vero Annuler la réponse.

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s