Nous – cie MMCC

Il est parfois des artistes dont l’univers vous murmure inexorablement à l’oreille et le travail de la chorégraphe et danseuse Marianne Masson est, pour moi, de ceux-là. Lors de ma découverte de son solo Un autre, s’il vous plaît, j’avais été touchée par sa capacité à montrer toutes nos parts cachées, tous les multiples de nous-mêmes (j’en avais parlé ici).

Dans la performance interactive Piège-moi, Marianne Masson bluffe par son énergie et son pouvoir caméléon : enfilant un nouveau costume à chaque plage musicale et thème lancés, se coulant dans le son qui déboule sur scène, sa danse improvisée parle à toi, à moi, à nos êtres d’apparence, de vous, de nous, de ce(ux) qui se dissimule(nt) aussi sous les masques.

Avec Nous, dernière et toute neuve création de la Cie MMCC, Marianne Masson délaisse le plateau mais elle est partout dans cette chorégraphie qui sans cesse la rappelle aux spectateur·trice·s, tant la gestuelle, une coiffure ici, une pièce de tissu là troublent par la ressemblance. « Nous » comme la réunion de trois interprètes au plateau dans un partage festif : amis ou pas, qu’importe, mais ensemble alors que, depuis deux ans, la crise sanitaire crée l’empêchement de nos rassemblements.

« Nous » comme autant de « moi » rassemblés dans ce décor qui se révèle multiple ou unique suivant le regard que l’on y pose. Un fauteuil, une chaise, un sofa : trois lieux pour trois solitudes. Ou trois morceaux d’un même tout dans lequel évolue la multiplicité de l’être. Si ces trois-là n’étaient finalement qu’un : autant de facettes du même être qui donne ici à voir sa complexité faite d’attentes, de vertiges et d’ombres tapies ?

Trouble dans le temps pour cette proposition où Marianne Masson convoque une danse théâtre empreinte de surréalisme. Il se loge dans certains tableaux le souffle d’une parenté avec la belge Peeping Tom* quand tout se délite, se délire jusqu’à l’excès. Les longues plages musicales obsédantes agissent comme le ronron de nos temps enfermés à tourner entre les murs et en nous-mêmes. Et dans les allers et retours d’un temps qui se joue de toute structure, chacun dessine son passé, son ici et maintenant, et son devenir.

Au service d’une chorégraphie qui magnifie nos petites et grandes folies, le trio formé par Lucien Brabec, Juliette César et Anne-Laure Chanelle se révèle d’une superbe maitrise. Et dans les balbutiements du temps, dans la violence d’une chute ou la douceur d’une main tendue se raconte tout un monde : nous.

(* compagnie de danse contemporaine belge)

NOUS [danse-théâtre, architecture & surréalisme] – cie MMCC

Chorégraphe Marianne Masson – Interprètes Lucien Brabec, Juliette César et Anne-Laure Chelle – Regard extérieur Mario García Sáez – Compositeur Guillaume Pique – Créateur lumière Fabien Le Prieult

Publicité

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s