Antonia. Journal 1965-1966 – Gabriella Zalapi

zalapi_antonia

Antonia se disloque dans un mariage fait d’agacements réciproques et de piques acerbes. Son fils Arturo est élevé par Frieda, une « nurse » qui semble tenir Antonia à distance de son rôle de mère.

Je rate des occasions d’aimer mon fils.

La mère parfaite, l’épouse modèle sont de toute façon des rôles qu’Antonia refuse d’endosser, des vêtements un peu étriqués qui serrent et frottent, comprimant ses envies, ses désirs.

J’ai 29 ans. Mes désirs tombent, s’enfoncent dans l’insonore. Impossible d’envisager une vie de perfect house wife pour le restant de mes jours. J’aimerais abandonner ce corset, cette posture de femme de, mère de. Je ne veux plus faire semblant.

Mais l’Italie des années 60 et sa bourgeoisie ne sont pas encore prêtes à laisser s’exprimer les désirs d’émancipation des femmes. Et surtout pas Franco, le mari d’Antonia qui voit surtout en elle l’héritière d’une famille prestigieuse qu’il peut exhiber tel un trophée. Une épouse qu’il préfèrerait occupée à imaginer de somptueuses réceptions que plongée dans ces cartons de lettres, de photos et de papiers récupérés dans les affaires de sa grand-mère maternelle. Antonia s’attelle à trier ces archives, comme à la recherche d’elle-même.

Ce roman en forme de journal livre avec une économie de mots – et de bien jolis mots ! – l’enfermement d’une femme. Antonia se débat dans le mariage, dans la maternité, dans les injonctions que sa famille lui rappelle sans ménagement, balayant d’un revers de main, à l’image de son grand-père, le moindre de ses rêves, la plus petite lueur d’indépendance. Gabriella Zalapi signe avec ce faux journal plus vrai que nature un premier roman féministe qui a fait résonner en moi un autre souvenir de lecture, celui de La Séquestrée de Charlotte Gilman Perkins. Bien que très différents, les deux livres interrogent ce même désir d’échapper aux contraintes imposées aux femmes. Deux époques, deux sociétés, un même carcan.

Une belle découverte que je dois à Moka, grâce à son joli billet ici.

Antonia. Journal 1965-1966 de Gabriella Zalapi. Editions Zoé/ 2019.

Une réflexion sur “Antonia. Journal 1965-1966 – Gabriella Zalapi

  1. Ping : Vendanges de septembre – 31rst floor

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s